citybooks : Maud Vanhauwaert

Lublin
01/04/12 - 15/04/12
Maud Vanhauwaert Maud Vanhauwaert

Maud Vanhauwaert
a participé au projet citybooks Lublin, initié par nos collègues de DeBuren, l'institut culturel flamand et hollandais.
Maud est une poétesse qui, selon son propre aveu, oscille entre scène et poésie. Et c'est vrai que ses vers sonnent magnifiquement sur scène, mais également sur papier ! Elle a déjà remporté plusieurs concours de slam, et s'est mise maintenant au roman. Son premier roman intitulé Ik ben mogelijk (Je suis possible) a paru en 2011 aux éditions Querido. Le Volkskrant disait de lui qu'il était un "roman riche et intense".
Voici son regard personnel et légerement surréaliste sur la ville de Lublin.

>>> Plus d'informations sur le projet Citybooks sur le site http://www.city-books.eu/fr/ 

-------------------------------------------------------------------------------------

Quels sont tes impressions les plus durables sur Lublin ?
Lublin est une ville très intéressante. D'un côté, c'est une ville qui ressemble fortement à une ville d'Europe occidentale, mais d'un autre côté elle en est très différente. Il m'est très difficile de définir cette différence. Une chose est sûre, c'est que c'est ce mélange qui donne son caractère exceptionnel à la ville. D'habitude les grandes villes étalent leurs beautés, et les touristes se sentent obligés de tout voir. "Est-ce que tu as vu ça ? Et ça ? Et surtout, n'oublie pas d'aller voir ça !" Mais pas Lublin. C'est une ville pleine de secrets, et il faut du temps pour les découvrir. Elle ne se laisse pas apprécier rapidement. C'est une ville un peu indéfinissable, je trouve. Ce sentiment provient peut-être de son histoire mouvementée. Même sur les cartes, la position de la ville n'est pas claire : elle a été jadis à l'ouest du pays, et maintenant elle se trouve à l'est.

Qu'est-ce que tu garderas de la ville ?
Tous les jeunes que j'y ai rencontrés étaient très ouverts, ils parlaient un bon anglais, et ils parlaient beaucoup. C'était plus difficile de nouer des contacts avec des gens plus âgés. J'avais même quelquefois l'impression qu'ils me regardaient bizarrement, comme une étrangère. La différence entre les générations en dit long sur les changements dans la ville. Lublin est une ville en mouvement et pleine d'ambitions. Elle se décrit elle-même comme la "city of inspiration". Ce qui m'a frappé, c'est que Lublin n'a pas vraiment de centre autour duquel la vie sociale se construit. Le centre de la ville ne se situe pas sur une place, mais plutôt, me semble-t-il, dans les quartiers résidentiels. C'est très cosy !

Quel lieu t'a semblé le plus bizarre ?
Durant l'une de mes très longues balades, je suis tombée sur un terrain vague tout à fait par hasard. Il était fait de toute une série de petits jardins potagers. On voyait ça et là un râteau rouillé, un vieux bâtiment effondré, un fil à linge tout détendu, une brouette pleine d'eau, un nain de jardin plein de mousse, etc. On m'a dit que ces bandes de terrains étaient liées au régime communiste. Les gens habitaient de petits appartements, et ils recevaient une petite parcelle de terre hors de la ville. Dans un de ces jardins, j'ai vu travailler deux vieilles femmes. Je ne sais pas trop ce qu'elles faisaient. Elles tapaient sur le sol avec la lame de leur bêche. Ca faisait un bruit sourd. C'est la seule chose que j'entendais sur cet immense terrain. Le chemin s'est soudain arrêté et j'ai dû faire demi-tour. Ca m'a bien pris une heure. Je dois dire que je n'étais pas très à l'aise...

Resens-tu un lien culturel avec la Pologne ?
Je n'ai passé que deux semaines à Lublin. C'est trop court pour comprendre l'identité polonaise et savoir l'apprécier. Durant mon séjour, j'ai été très intriguée par le travail de Tytus Dzieduszycki-Sas. C'est un artiste polonais qui a vécu dans le Paris avant-gardiste de l'après-guerre. J'ai vu une exposition de ces œuvres dans le château de Lublin. Ses travaux modernes m'ont vraiment parlé, au point que Tytus est immédiatement devenu le personnage central de la nouvelle fiction que je suis en train d'écrire.

Est-ce que tu as envie de retourner en Pologne ou à Lublin ? Que voudrais-tu y faire ?
Très volontiers ! J'aimerais bien voir Varsovie, histoire de voir la différence avec l'est de la Pologne. J'aimerais aussi découvrir de petits villages, pour voir une vie différente de celle d'une grande ville. Je suis vraiment curieuse de la manière dont la Pologne va évoluer ces prochaines décennies. J'ai lu récemment un livre d'un géopolicitien américain, George Friedman, qui prédit que la Pologne sera une puissance de premier plan dans un siècle. J'aimerais bien vivre jusque là !

Liens

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu