Jacek Dehnel présente son roman "Saturn" à Anvers

Librairie De Groene Waterman
08/02/12
Jacek Dehnel © Elżbieta Lempp Jacek Dehnel © Elżbieta Lempp

Saturn est le dernier roman de Jacek Dehnel (en savoir plus ICI). Il vient d'être traduit en néerlandais par Esselien 't Hart pour les éditions Marmer.
Jacek Dehnel présente son roman en compagnie de sa traductrice. La discussion aura lieu en anglais.

>>> De Groene Waterman (Wolstraat 7, 2000 Anvers) - Voir la carte
>>> Mercredi 8 fevrier - 20h
>>> Entrée gratuite,
La présentation sera suivie d'un drink. Merci de confirmer votre présence à l'adresse info@elkedagboeken.be ou par téléphone au +32 (0)3 345 60 40

Un extrait du roman, en anglais, se trouve dans notre Bibliothèque numérique.
Jacek Dehnel lit, en polonais, un extrait de Saturn. Un grand moment !



-------------------------------------------------------------------------------------
 
 Jacek Dehnel (1980) est poête, romancier, traducteur, spécialiste de la poésie anglaise, peintre, lauréat de nombreux prix. Il est considéré comme l'un des créateurs les plus intéressants de la jeune génération en Pologne.

Saturne est une œuvre pétillante, de grande envergure thématique et qui intègre plusieurs modèles de récits. Au premier chef, nous sommes en présence d'un roman biographique consacré à la personne et à l'œuvre de Francisco Goya. Vient ensuite l'histoire d'un héros, tout aussi important dans le livre, mais dont les contemporains du peintre de génie ne savaient rien, c'est celle de Javier, son fils unique. Enfin, apparaît une troisième figure masculine, celle de Mariano, le fils de Javier et le petit-fils de Francisco. La fiction littéraire domine dans Sature, elle est librement reliée aux faits réels tels que présentés dans le biographies du grand Espagnol et dans le travaux consacrés à son époque. Une autre trame romanesque s'attaque au complexe d'Œdipe et au drame que peut être une paternité non assouvie. Par ailleurs, le livre rappelle une présentation d'artistes qui, par endroits, se transforme en essai sur l'art. Des descriptions de tableaux s'immiscent dans la narration tantôt en contrepoint tantôt en commentaire des événements fictionnels ou anecdotiques du roman. Ces faisceaux de trames sémantiques et de conventions d'écriture se rejoignent pour autoriser une tentative d'interprétation de l'Œuvre mystérieuse que sont les décorations murales de Goya, connues sous le nom de Peintures noires. Dans sa postface, Jacek Dehnel explique qu'il est parti du principe que l'auteur authentique des œuvres de Goya, était son fils. Après la mort de Francisco, Javier aurait encodé l'histoire de la famille dans les Peintures noires, et trouvé ainsi le moyen d'exprimer la relations extrêment difficile qu'il avait eue avec un père monstrueux, à la fois despote, lascif et mythomane. Autrement dit, dans l'une des représentations picturales dudit cycle, appelée « Saturne dévorant l'un de ses fils », ce serait lui, Javier, qui serait l'enfant. La raison pour laquelle il aurait été « dévoré » par ce père imposant et tyrannique, n'est pas du tout claire. Elle est ce sur quoi Dehnel enquête. La découverte du caractère homosexuel des amours tapageuses de Goya serait l'une des pistes les plus intéressantes. Il se peut que le fils raté, mélancolique, coupé des joies de l'existence, ne permettait pas au peintre de rompre définitivement avec son identité homosexuelle. Ce n'est que l'une des nombreuses hypothèses. Pareilles apories sont nombreuses, l'auteur est loin de donner des réponses tranchées : dans la maison de l'artiste, l'enfer familial n'était pas, pour le moins, le seul prix à payer pour se réaliser en tant qu'artiste. Le portrait de Goya, à la fois génie et monstre, est complexe, nous pouvons tenir cela pour l'une des grandes qualités de ce roman.
(Dariusz Nowacki, dans "Nouveaux livres de Pologne", Institut du Livre de Cracovie, 2011)


-------------------------------------------------------------------------------------
 
>>> De Groene Waterman

Liens

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu