Arts

The New Europe

Espace Photographique Contretype
14/09/11 - 16/10/11
Lukasz Trzcinski, Ada, Tiraspol/Transdniestr/Moldova, from the cycle "Take me" (2009-2010), part of the "New Europe project (1999-. ), 130 x 167 cm Lukasz Trzcinski, Ada, Tiraspol/Transdniestr/Moldova, from the cycle "Take me" (2009-2010), part of the "New Europe project (1999-. ), 130 x 167 cm

The New Europe, exposition de Lukasz Trzciński à l'Espace Photographique Contretype
>>> plus d'informations ICI 
>>> www.lukasztrzcinski.com 
>>> http://www.contretype.org/ 
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          
-------------------------------------------------------------------------------------

>>> HOTEL HANNON [Espace photographique Contretype]
Av. de la Jonction 1, 1060 Bruxelles - voir la carte
Tél. : +32 (0)2 538 42 20
Fax. : +32 (0)2 538 99 19
contretype@skynet.be

Du mercredi au vendredi, de 11 à 18 heures | Samedi et dimanche, de 13 à 18 heures | Fermé lundi, mardi et jours fériées
Droit d'entrée pour individuel : 2,5 euros

>>> Où se situe Contretype ?

 

-------------------------------------------------------------------------------------

 "L’exposition The New Europe nous conte l’histoire des transformations qui ont eu lieu dans les états de l’ancien bloc soviétique à travers une série de photographies prises par Lukasz Trzciński au cours de nombreux séjours et pendant plusieurs années. Pour mieux comprendre cette série monumentale, un rappel de son contexte historique et biographique est nécessaire. Au milieu des années 1990, Trzciński débutait sa carrière de photojournaliste et s’intéressait principalement aux changements intervenus dans la société polonaise. Les photographies qu’il produisait pour les plus grands titres de la presse illustraient les transformations extrêmement rapides des paysages sociaux et culturels dues à la progression du capitalisme.
En parallèle à son travail pour la presse, Lukasz Trzciński abordait de plus en plus des sujets difficiles qui se déroulaient en Pologne et ailleurs. Son intérêt pour les problématiques mondiales a inspiré plusieurs séries de photographies réalisées en Irak, en Afghanistan, au Pakistan et en Palestine. Il a remporté plusieurs prix, notamment au concours de photographie de presse en Pologne et, par deux fois, ses photographies furent désignées «Photo de l’Année» (1999 et 2002). Trzciński a acquis une renommée internationale en remportant le prix du concours de photoreportage «Pictures of the Year International», en 2004 et 2006. Il s’est progressivement éloigné de l’aspect événementiel exigé par les besoins de la presse pour se diriger vers l’univers plus analytique de la photographie documentaire.
Ces dernières années, il s’est plus particulièrement intéressé à l’Europe centrale et de l’Est. L’après-communisme dans ces régions est le sujet principal de ce projet, que Trzciński a débuté quelques années après l’intégration à l’Union Européenne de ces nouveaux Etats-membres en 2004.
“The New Europe” est une série d’une douzaine d’essais photographiques, chacun consacré à un pays en particulier. Dans chaque pays de l’ex-bloc soviétique, le photographe a choisi un thème qui exprimait au mieux l’essence des changements sociaux, économiques ou culturels qui s’y produisaient.
Pour sa série sur la Pologne, le sujet qui a retenu son attention est Nowa Huta, l’une des nombreuses nouvelles villes construites pour créer l’«homme idéal» du nouveau système. En Estonie, il s’est intéressé aux jeunes apatrides appartenant à la minorité russe, reliquat de l’ancienne URSS, et qui représente encore à peu près un tiers de la population actuelle. En République tchèque, il a choisi les maisons d’été de banlieues construites en masse sous le régime communiste et toujours occupées. Comme les plages du lac Balaton en Hongrie, ces maisons devaient servir d’alternative aux rêves de voyages à l’étranger, qui étaient quasiment impossibles à l’époque. Entretemps en Moldavie, le photographe s’est intéressé aux femmes qui publient leur photo amateur sur internet dans l’intention de trouver un mari étranger, espérant mener une vie meilleure à l’ouest.
Dans le travail de Lukasz Trzciński, l’aspect technique a autant d’importance pour faire passer son message que le choix du sujet. L’étendue de son travail va du portrait d’atelier aux typologies architecturales, du photoreportage humaniste en noir et blanc, en passant par des photographies documentaires sociales engagées. Dans The New Europe, ce qui paraît essentiel est le besoin d’illustrer des processus qui ne sont pas simplement locaux ou régionaux, mais d’une ampleur plus large, voire mondiale. D’autre part, Trzciński ne perd pas de vue la réalité des lieux qu’il visite et documente. Il n’est pas un photographe-touriste envoyé par une agence pour créer des images de “l’autre Europe”. Trzciński reste un initié qui connaît très bien les spécificités d’un lieu, et qui s’attache à l’essentiel de cette nouvelle Europe postcommuniste."

Adam Mazur, Commissaire de 'The New Europe'
(texte: http://www.contretype.org/)

Exposition produite par la Fondation polonaise pour l’image Imago Mundi à Cracovie et présentée dans le cadre de la Présidence polonaise de l’Union Européenne.

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu