Théâtre

« Les Crapauds fous » - la guerre privée des docteurs polonais

Wolubilis
12/12/19 - 14/12/19
Svend Andersen Svend Andersen

Le spectacle de Mélanie Mouray raconte l’histoire vraie et extraordinaire de médecins polonais qui, durant la Seconde Guerre mondiale, sauvèrent des milliers de vies en organisant une vaste supercherie (…). Emmenée par neuf comédiens virevoltants entre les personnages, les époques et les changements de décors, cette belle histoire aux allures de comédie salue le courage de ceux qui ont osé dire « non ».

Vous trouverez plus information sur le spectacle sur le site de Wolubilis   http://www.wolubilis.be/index.php?page=1&id=49&pid=1099

Voici quelques faits historiques :

Cette histoire exceptionnelle s’est déroulée à Rozwadów, une petite ville du sud-est de la Pologne (devenue aujourd’hui un quartier de Stalowa Wola), pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s’est avéré à l’époque que le typhus pouvait être non seulement un tueur silencieux, mais aussi un allié dans la lutte contre l’occupant allemand.

Dr Eugeniusz Łazowski est né en 1913 à Częstochowa. Après le recouvrement de l’indépendance de la Pologne en 1918, il s’installa avec ses parents à Varsovie. À l’issue de ses études secondaires, il entra dans l’école de santé de l’armée (École des Aspirants Sanitaires) et entama des études de médecine à l’Université de Varsovie. La guerre éclata tandis qu’il passait ses examens de fin d’études. Il n’obtint son diplôme qu’en 1940, mais il emplit les fonctions de médecin dès septembre 1939, notamment dans la forteresse  de Brest-Litovsk. Arrêté par les Soviétiques, il s’échappa du convoi qui le déportait en Sibérie. Il rentra en Pologne où il fut arrêté par les Allemands. On l’envoya au camp de prisonniers de guerre de Lublin, mais il réussit également à s’en évader. L’été 1940, Łazowski et sa femme Maria arrivèrent à Stalowa Wola où habitait la mère de Maria. Il commença à travailler au Dispensaire de la Croix Rouge Polonaise qui se trouvait, comme l’appartement des Łazowski, au n° 23 de la Grand-Place de Rozwadów. Il y exerçait ses activités professionnelles et résistantes.

Dr Stanisław Matulewicz, médecin lui aussi, était un ami de Łazowski de Varsovie. Pendant la guerre, ce dernier lui proposa de venir à Rozwadów. Matulewicz s’installa dans le village voisin de Zbydniów. C’est là que, dans le laboratoire qu’il avait installé, il découvrit que le sang des patients contaminés par une certaine bactérie donnait, lors de tests, de faux résultats positifs suggérant une contamination au typhus exanthématique, une grave maladie contagieuse.

Łazowski décida d’utiliser la découverte de Matulewicz pour créer une fausse épidémie de typhus. Matulewicz et Łazowski se mirent à vacciner leurs patients. Les échantillons, envoyés aux laboratoires allemands, suggéraient une contamination au typhus. L’ampleur du problème était significative pour l’occupant. Les Allemands finirent par avoir des soupçons sur l’activité des médecins mais ne furent en mesure de prouver quoi que ce soit. En conséquence, les autorités allemandes considérèrent Stalowa Wola et ses environs comme une région contaminée, ce qui empêcha la déportation de la population locale vers les camps de concentration ou de travail en Allemagne. La campagne de vaccination dura de fin 1941 à début 1944. La fausse épidémie de typhus déclenchée par les deux médecins polonais sauva de nombreuses vies.

En 1943, Stanisław Matulewicz quitta Zbydniów et après la guerre, partit pour le Zaïre où il devint un radiologue reconnu. En 1944 Eugeniusz Łazowski quitta aussi Rozwadów. Après quelques années passées à Varsovie, il partit pour les États-Unis où il poursuivit sa pratique en tant que pédiatre et obtint le titre de professeur. Il décrivit sa lutte contre l’occupant dans son livre « Une Guerre privée ».  Eugeniusz Łazowski mourut en 2006 aux États-Unis.

En 2016, le Musée Régional de Stalowa Wola organisa une exposition consacrée aux deux médecins. Les photographies contenues dans cet article proviennent de cette exposition.

Galerie d’images

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu